Est-ce que un organisme financier peut refuser la demande de crédit?

Bien que les financements représentent une partie importante du chiffre d'affaires des institutions financières et qu'il est dès lors souhaitable qu'elles acceptent un maximum de dossiers, il serait utopique de croire qu'elles prêtent de l'argent quand il y a le moindre risque de ne pas récupérer les fonds avancés.

En cas de demande de prêt, que ce soit un prêt à la consommation ou un crédit hypothécaire, une grande partie du dossier préliminaire est consacrée à la solvabilité de l'emprunteur.

Quand la demande est introduite auprès de l'organisme financier avec lequel le demandeur travaille régulièrement, le dossier est vite constitué, les revenus mensuels, les dépenses régulières et les éventuels problèmes de trésorerie sont déjà connus. 

Si dans le passé quelqu'un a déjà rencontré un problème de remboursement, son nom figure sur une liste interne de l'organisme et cela peut évidemment constituer un obstacle à l'obtention d'un nouvel emprunt.

Les revenus de l'emprunteur sont également un élément important quant à la décision de l'octroi d'emprunt. De faibles revenus ou des revenus irréguliers entrainent systématiquement le refus de crédit surtout s'il n'y a pas la caution d'une tierce personne et ceci même s'il s'agit du seul prêt que le demandeur devrait rembourser.

Si d'autres crédits existent déjà et qu'un emprunt supplémentaire risque de faire basculer l'équilibre financier, la demande sera aussi rejetée. Des remboursements mensuels à hauteur d'un tiers des revenus est la limite généralement fixée par les organismes prêteurs. 

En même temps que l'institution financière se renseigne sur les revenus et les charges du demandeur, elle est légalement tenue de vérifier auprès de la Centrale des Crédits aux Particuliers de la Banque Nationale de Belgique si le nom du demandeur n'y figure pas. Cet organisme, qui est l'équivalent du FICP en France, répertorie tous les contrats signés en Belgique, que ce soit pour des prêts à la consommation ou des crédits hypothécaires. Il répertorie également tous les noms de ceux qui sont en défaut de paiement ou en retard de paiement d'au moins 3 mensualités.

Ce sont les organismes prêteurs qui sont légalement tenus de communiquer le nom des "mauvais "payeurs", une mesure qui vise à limiter l'endettement des personnes financièrement vulnérables. Elles sont également tenues de signaler lorsqu'une régularisation a été effectuée.

Dans ce cas, il faut attendre 1 an avant que le nom du demandeur disparaisse de la liste noire, ce qui devrait permettre aux prêteurs de rester vigilants.

Emprunter est un engagement sérieux qu'il faut pouvoir honorer jusqu'au bout. Ceux dont la demande de crédit est refusée doivent se renseigner pour en connaître les raisons et savoir que depuis la crise financière de 2008, les institutions financières n'acceptent que les demandes ne présentant pas de risques.